fbpx
Passer au contenu
Mises à jour des mouvements

Notre choix cette élection.

Activiste du mouvement Sunrise

Il y a quatre mois, lorsque Bernie Sanders a suspendu sa campagne présidentielle, c'était comme si le monde s'écroulait sur nous. Depuis lors, nous avons fait face à une pandémie mondiale et avons défilé dans les rues pour crier Black Lives Matter. Les temps semblent révolutionnaires.

C'est pourquoi en ce moment, après que nous soyons passés SI PRÈS dans la primaire, l'idée de voter pour un président, un sénateur ou un membre du Congrès sans le dossier politique et l'intégrité morale pour affronter farouchement ce moment semble… démoralisante, pour le moins.

Notre vision du futur est ambitieuse et abolitionniste. Nos appels au financement de la police, nos demandes de justice en matière d'immigration et notre solidarité avec les mouvements anti-patriarcaux comme #MeToo ne font pas bon ménage avec un candidat dont le bilan sur ces fronts est douloureux.

Mais Trump ne peut pas être autorisé à gagner en novembre. Si Trump reste au pouvoir, nous pouvons dire adieu à toute chance de progrès national en matière de politique climatique pendant au moins quatre ans. La « politique climatique » de Trump consistera à fortifier le mur frontalier contre les migrants climatiques, à vendre les terres indigènes aux intérêts des combustibles fossiles, à continuer à empiler les tribunaux avec des juges d'entreprise de droite et à laisser des gens mourir dans des catastrophes comme il l'a fait aux Portoricains après l'ouragan Maria. Il continuera également à démêler ce qui reste de notre gouvernement, en retirant peut-être pour de bon notre outil le plus puissant pour transformer l'économie à la vitesse et à l'échelle exigées par la science et la justice.

Si Trump gagne en novembre, notre combat ne sera pas terminé, mais la nature de ce combat changera à jamais. Éviter le pire de la crise climatique deviendrait impossible. Le résister – et protéger autant de personnes que possible – serait le mieux que nous puissions espérer.

Dans ce moment de choix, nous devons rester fidèles à l'ADN de notre mouvement. Nous n'avons jamais existé pour nous rallier sans réfléchir à des candidats institutionnels. Nous existons pour exiger que les politiciens nous répondent. Les mouvements sociaux ont toujours changé le monde - pas une personne, pas une organisation, et certainement pas un homme politique. Donc, si nous devons cautionner quelqu'un pour novembre, que ce soit les mouvements.

Depuis 2017, les objectifs de notre mouvement sont forts : Premièrement, nous forçons la société et le Parti démocrate à traiter la crise climatique avec l'urgence qu'elle exige. Seconde, nous éliminons les politiciens qui font obstacle à la législation historique dont nous avons besoin. Cela signifie défier les démocrates en place qui répondent aux intérêts particuliers des entreprises, et cela signifie également voter contre Trump et le GOP.

Si Biden est élu président, avec une majorité au Sénat et à la Chambre des députés Les champions du Green New Deal nous avons lancé pendant toute la saison primaire, nos mouvements seront mieux organisés que jamais pour adopter une politique climatique ancrée dans la justice raciale et économique dans les 100 premiers jours de la nouvelle administration. Vous n'avez pas mal lu.

La force du mouvement Green New Deal et le poids que nous avons mis derrière la campagne de Bernie ont contraint Biden à réécrire ses plans de haut en bas et a placé le climat en tête de la liste des priorités pour lui et le Congrès. Dans l'état actuel des choses, Le plan de Biden n'est pas tout ce que nous voulons. Mais, avec Biden, nous aurons effectivement une fenêtre d'opportunité pour passer la plus grande politique fédérale de justice climatique de l'histoire des États-Unis à temps pour faire la différence. Parce que, rappelez-vous : nous manquons de temps.

En tant que mouvement, nous avons atteint notre moment le plus déterminant dans la politique électorale. Quoi qu'il arrive, nous serons définis par la façon dont notre génération vote en novembre, que cela nous plaise ou non. C'est pourquoi nous mettrons tout notre pouvoir au service du vote pour élire Green New Deal Champions au Sénat, à la Chambre et au bureau local. Et oui, pendant qu'on y est, on va voter contre Donald Trump aussi.

Bien que nous ne puissions choisir de voter que pour un seul candidat à la présidentielle cet automne, notre héritage ne se limitera jamais à une urne. Le choix de voter contre Trump est un tremplin ; c'est le choix ponctuel qui nous permet de faire des choix plus significatifs sur toute la ligne. Parmi ceux-ci, mobiliser nos amis et notre famille comme un diable au cours des 100 premiers jours d'une nouvelle administration pour adopter le Green New Deal ; continuer à être solidaire des mouvements pour la souveraineté autochtone, la vie des Noirs et la dignité des immigrants ; et de tenir tous les démocrates élus - y compris ceux que nous avons aidés à gagner - responsables de la menace de notre pouvoir de la jeunesse.

Encore une fois: Si nous devons approuver quelqu'un pour novembre, que ce soit les mouvements. Les mouvements vont continuer à changer le monde - pas une personne, pas une organisation. Facilitons les choses en éliminant un tyran. Êtes-vous dedans?